mercredi 21 juin 2017

Regarde-moi, de Audrey Estrougo (2007)

regarde_moi.jpg

Regard double sur la banlieue

C'est peut-être l'une des seules fois que je n'ai pas eu l'impression de regarder un film dit "de banlieue" en me sentant harassé par sa pléthore de clichés, par son manque d'ambition, ou par la pauvreté de ses problématiques. Tout ce qui nous est montré ici semble couler de source, et le naturel des interactions, si l'on excepte quelques séquences un peu maladroites, est remarquable. Je ne connais ni l'environnement de la réalisatrice, ni son rapport au sujet ou aux acteurs, mais je suis persuadé qu'on pourrait y trouver les raisons d'une telle réussite.

Regarde-moi cache très bien son jeu. L'air de rien, il propose un regard sur un environnement social particulier (usé jusqu'à la corde au cinéma), une cité de banlieue et l'articulation de plusieurs groupes de jeunes y vivant, à la fois original, vif et apaisé. Il cristallise ses enjeux de manière percutante dans un cadre réaliste. L'air de rien, encore, il propose une mise en scène élégante, avec un artifice narratif sous-jacent que l'on ne nous assène pas lourdement, que l'on ne nous impose pas de tout son poids. Le principe du récit qui offre deux fois la même histoire mais vue sous deux angles différents, d'abord masculin dans la première moitié avant d'aborder l'angle féminin dans la seconde, est à la fois totalement assumé, bien pensé et bien amené : il n'essaie pas de nous éblouir dans sa virtuosité et se cantonne à un pragmatisme discret et bienvenu.

perruque.jpg

Tout se passe très naturellement, tout en nuances, dans le fond et dans la forme. Le soin apporté à la description du milieu (le fond) comme le glissement d'une perspective à l'autre (la forme) est très appréciable. Même le contenu potentiellement racoleur d'une séquence violente est géré avec un tact cinématographique rare. Seuls quelques tics persistent, seules quelques initiatives ratées peuvent s'avérer un peu dérangeantes, et on peut sans doute attribuer cela au fait que ce film constitue la première incursion d'Audrey Estrougo du côté de la mie en scène.

Le quotidien d'une série de jeunes quelconques, dans une banlieue quelconque, avec des occupations quelconques. D'une situation initiale banale, le film progresse lentement vers des zones de tension et laisse apparaître des failles, des existences déstructurées. Toute la première partie axée sur le quotidien des garçons, sur le paraître, sur le poids du regard et la honte des apparences, laisse place à mi-chemin au même univers vécu par l'autre moitié, féminine, de la population. Le contre-champ offre une multitude d'enseignements. Les contraintes changent de registre et d'envergure, les compromis gouvernent les existences. La dureté du visage d'Eye Haïdara, noire, avec sa perruque blond platine, renvoie à la sécheresse d'une séquence de coupe de cheveux radicale de sa rivale, blanche. La brutalité, la fragilité, la violence et la détresse de ce monde étouffant sautent aux yeux, comme en prise directe avec les sources multiples d'une aliénation démultipliée, à l'image du point de vue double qu'aborde Regarde-moi dans la forme. Une démultiplication qui fait pleinement sens dans le contre-champ ainsi initié.

mecs.jpg

filles.jpg

vendredi 16 juin 2017

Black And White, de Tony Joe White (1969)

black_and_white.jpg

Swamp / Country Rock plutôt sympa, comme un Kris Kristofferson avec quelques gènes d'Elvis qui aurait grandi dans les bayous de Louisiane. J'aime beaucoup sa voix grave de baryton, son utilisation de la Wah Wah, et même les ballades bluesy du début d'album me conviennent bien. L'inspiration vient  […]

Lire la suite

Alexandre Nevski, de Sergueï Eisenstein (1938)

alexandre_nevski.jpg

"Celui qui viendra chez nous avec une épée périra par l'épée. Telle est la loi de la terre russe." Un bien étrange objet, œuvre de propagande, politique et cinématographique. D'un côté, le film-propagande commandé par Staline, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. La menace nazie à la  […]

Lire la suite

lundi 12 juin 2017

Qui a peur de Virginia Woolf ?, de Mike Nichols (1966)

qui_a_peur_de_virginia_woolf.jpg

MARIAGE [maʁjaʒ] n. m. — Institution pour malades mentaux. Drôle d'expérience que de voir le film après une représentation de la pièce d'Edward Albee de 1962, dont il fut adapté quelques années plus tard. C'est un cas de visionnage un peu à part, l'intrigue étant étrangement familière : ce n'est pas  […]

Lire la suite

jeudi 01 juin 2017

The Wonderful World Of Sam Cooke, de Sam Cooke (1960)

Voilà le registre dans lequel j'apprécie beaucoup Sam Cooke, la Soul, plus que celui par lequel il a débuté sa carrière, axé Swing et Jazz L'album n'est pas d'une homogénéité sans faille en termes de qualité, mais il suffit de quelques pépites pour le faire briller. Il y a quelques petites  […]

Lire la suite

Dresses Too Short, de Syl Johnson (1968)

Syl Johnson est comme un cousin éloigné d'Otis Redding (la voix, surtout, et les cuivres dans la Soul aussi), avec un premier album contenant beaucoup de compositions personnelles. La cohérence de l'album est solide, et même s'il n'y a pas de vraies grosse fulgurance, des morceaux comme Same Kind Of  […]

Lire la suite

Love More Than Pride, de Laura Lee (1972)

Laura Lee, entre Soul, Gospel, et Rhythm And Blues. À écouter, aussi : Another Man's Woman.

The King Khan & BBQ Show

Garage canadien de Montréal, avec quelques pointes de Boogie. Quelques autres morceaux qui valent le détour : Love You So et Hold Me Tight.

The Almighty Defenders

Un peu de Garage récent pour se détendre : The Almighty Defenders, réunion des groupes Black Lips et The King Khan & BBQ Show, en Allemagne en 2009.  […]

Lire la suite

mercredi 31 mai 2017

Yourself and Yours, de Hong Sang-Soo (2016)

yourself_and_yours.jpg

L'art délicat de la litote romantique Deux films (Un jour avec, un jour sans et celui-ci, au moment du visionnage, même si d'autres sont venus compléter ce sentiment par la suite) seulement auront suffi a susciter une certaine fascination pour Hong Sang-Soo. Les procédés de mise en scène sont  […]

Lire la suite