jeudi 01 juin 2017

Dresses Too Short, de Syl Johnson (1968)

Syl Johnson est comme un cousin éloigné d'Otis Redding (la voix, surtout, et les cuivres dans la Soul aussi), avec un premier album contenant beaucoup de compositions personnelles. La cohérence de l'album est solide, et même s'il n'y a pas de vraies grosse fulgurance, des morceaux comme Same Kind Of  […]

Lire la suite

Love More Than Pride, de Laura Lee (1972)

Laura Lee, entre Soul, Gospel, et Rhythm And Blues. À écouter, aussi : Another Man's Woman.

The King Khan & BBQ Show

Garage canadien de Montréal, avec quelques pointes de Boogie. Quelques autres morceaux qui valent le détour : Love You So et Hold Me Tight.

The Almighty Defenders

Un peu de Garage récent pour se détendre : The Almighty Defenders, réunion des groupes Black Lips et The King Khan & BBQ Show, en Allemagne en 2009.  […]

Lire la suite

mercredi 31 mai 2017

Yourself and Yours, de Hong Sang-Soo (2016)

yourself_and_yours.jpg

L'art délicat de la litote romantique Deux films (Un jour avec, un jour sans et celui-ci, au moment du visionnage, même si d'autres sont venus compléter ce sentiment par la suite) seulement auront suffi a susciter une certaine fascination pour Hong Sang-Soo. Les procédés de mise en scène sont  […]

Lire la suite

lundi 22 mai 2017

Les Innocents, de Jack Clayton (1961)

innocents.jpg

Fantastique psychologique En règle générale, je mesure la qualité d'un film appartenant au registre élargi du fantastique à sa capacité à me surprendre. Surprendre par exemple par la minutie de sa description, comme La Maison du diable de Robert Wise (1963), ou bien par la richesse de ses  […]

Lire la suite

jeudi 18 mai 2017

Jugement à Nuremberg, de Stanley Kramer (1961)

jugement_a_nuremberg.jpg

"The judge doesn’t make the laws, he carries out the laws of his country." Il existe un très bon indicateur de l'efficacité d'un film de prétoire et de sa capacité à envoûter, à fasciner, à faire pénétrer dans un univers donné : ne pas avoir vu le temps passer dans un genre qui n'a  […]

Lire la suite

jeudi 11 mai 2017

Quand passent les cigognes, de Mikhaïl Kalatozov (1957)

quand_passent_les_cigognes.jpg

Une goutte de pondération dans l'océan de démesure Que ce soit en termes thématiques ou esthétiques, la beauté des œuvres de Mikhail Kalatozov est renversante. La démesure est une composante essentielle de sa façon de délivrer un message, comme peuvent en attester des films comme La Lettre  […]

Lire la suite