mardi 14 février 2012

Ainsi naissent les fantômes, de Lisa Tuttle (2011)

Nouvelles choisies, présentées et traduites par Mélanie Fazi. La couverture est une création de Stéphane Perger.

Quand une jeune et talentueuse auteure française de fantastique sélectionne et traduit les nouvelles d’une moins jeune auteure américaine installée en Écosse dont elle est une grande admiratrice, cela donne un très beau livre avec des histoires parfaitement ciselées, et qui habillent merveilleusement le titre sibyllin de ce recueil de nouvelles.

« En 2004, j’ouvrais mon recueil Serpentine sur cette dédicace : À Lisa Tuttle, dont les livres m’ont appris que les plus effrayants des fantômes sont ceux qu’on porte en soi. Ils étaient toujours là, ces fantômes : entre les pages des textes que je découvrais en cherchant la matière qui composerait ce recueil. » 

Mélani Fazi

Le petit bijou (Rêves captifs) qui ouvre le recueil, est le récit d'une enfant enlevée, et séquestrée dans un placard. A l’instar des évasions imaginaires du Vagabond des étoiles de London (présenté ici par Clément), cette jeune fille nous livre les souvenirs confus de sa longue réclusion au milieu des sombres et misérables mètres carrés dans lesquels son ravisseur l’a enfermée. La chute cauchemardesque qui vient éclairer les circonstances de son évasion ne sont pas également sans évoquer le roman de Jack London quand l’esprit de Darrel Standing – camisolé de force et jeté au fond d’un cachot - rôde parmi les fantômes de ses vies antérieures.

Les histoires de Lisa Tuttle renforcent mon idée que je suis plus sensible aux mésaventures surnaturelles lorsqu’elles sont racontées de l’intérieur. Leur point de vue redouble l’effet de mystère puisque leur récit à la première personne interdit de tout voir ou de tout entendre. Et les fins n'en sont que plus exquises. Ces nouvelles obombrent, et si vous décidiez de les lire, vous serez certainement troublés par la sensibilité et par les singulières mésaventures de ces héroïnes qui donnent naissance à des visions névrotiques dans lesquelles elles projettent leur angoisse... ainsi naissent les fantômes.

samedi 21 janvier 2012

Oh Amadou, par Amadou, Mariam et Bertrand Cantat

En regardant ce clip musical (plus bas dans ce billet) et ces images sur une route du Mali, je songe à ces quelques nuits chaudes dans le désert du Sahel où nous savourions avec des amis le thé traditionnel des Touaregs.

the.jpg

Entre nos discussions passionnées sur le monde, et les silences qu’imposent la nuit, entre l’endroit où le soleil s’éteint et celui où il se lève, nous laissions le temps au temps. Par-delà les lueurs du feu, nous regardions captivés les gestes habiles de nos amis burkinabés qui transvasaient plusieurs fois le thé entre deux verres pour le faire mousser. Le verre servi passait de main en main. Et, la décoction des mêmes feuilles de thé donnait un goût particulier à la préparation des trois verres successifs qui nous étaient offerts. Ils prêtaient une signification à chacune de leur saveur :

« Le premier est amer comme la mort, le deuxième est doux comme la vie, le troisième est sucré comme l’amour. »


Ce retour inattendu de Bertrand Cantat au chant et à l'harmonica - s’associant le temps d’un blues avec Amadou et Mariam - est tout à la fois : doux, sucré et amer. Et, les quelques paroles répétées comme une litanie par ces trois voix puissantes, suaves ou éraillées s'incrustent facilement dans notre tête.

jeudi 29 décembre 2011

Quartier lointain, par Jirô Taniguchi (1998)

La fabuleuse histoire de Quartier lointain se tisse autour d'un « voyageur du temps » qui va revivre ses quatorze ans dans le Japon d'après-guerre.

... Et si dans cette seconde enfance, le temps empruntait finalement d'autres voies que celles du « passé » ?

Quartier-lointain.jpg
Hiroshi Nakahara est un homme de 48 ans marié et père de deux filles, qui vit pour son travail. De retour d'un voyage d'affaires, l'alcool aidant, Hiroshi monte dans le mauvais train à destination de sa ville natale, où il y a des années, dans son adolescence, un événement le marquera sévèrement : l'inexplicable disparition de son père. C'est alors qu'en visitant la tombe de sa mère, morte depuis plus de vingt ans, il perd conscience. À son grand étonnement, il se réveille en 1963 du haut de ses 14 ans, avec une vie qui reste à parcourir : son père est encore à la maison auprès de sa mère, sa sœur, et sa grand-mère.

En parcourant ce manga, vous pourriez commencer à penser à votre propre passé, à ces actes manqués, ou à ces instants éphémères dont vous n'aviez pas pris pleinement conscience. Car, comme l'avait écrit Proust, notre esprit se détourne volontiers de l'effort qu'il faut pour approfondir en soi-même une impression agréable que nous avons eue. S'amusant de retrouver les bancs du collège, s'exaltant de ses banals exploits sportifs d'ado, rejouant ses premiers émois amoureux, Hiroshi vit donc une seconde enfance en empruntant des chemins différents avec la mémoire, la maladresse et la maturité d'un adulte. Il se fixe bientôt une entreprise délicate : retenir son père avant la journée fatidique de sa disparition. Pour cette raison, il devient très difficile de quitter cette œuvre qui essaie de résoudre les contradictions d'une vie.

Pas besoin d'être un fana de culture japonaise ou de manga pour se laisser envoûter par cette histoire de Jirô Taniguchi qui remporte l'Alpha'Art du meilleur scénario au Festival d'Angoulême 2003, et ça c'est fichtrement mérité au regard de ce dessin et de cette œuvre littéraire ma-gni-fi-ques.

Planche_Quatier_Lointain.jpg

... ce qui nous rappelle le mieux un être, c'est justement ce que nous avons oublié (parce que c'était insignifiant, et que nous lui avons ainsi laissé toute sa force). C'est pourquoi la meilleure part de notre mémoire est hors de nous, dans un souffle pluvieux, dans l'odeur de renfermé d'une chambre ou dans l'odeur d'une première flambée, partout où nous retrouvons de nous - mêmes ce que notre intelligence, n'en ayant pas l'emploi, avait dédaigné, la dernière réserve du passé, la meilleure, celle qui, quand toutes nos larmes semblent taries, sait nous faire pleurer encore.

A la recherche du temps perdu, Proust.

vendredi 09 décembre 2011

Le Vieil Homme et la Guerre, par John Scalzi (2005)

Le Vieil Homme et la Guerre, de John Scalzi (2005)

La science-fiction qui m’a fait aimer la science-fiction est associée à des grandes aventures interstellaires (je pense à Fondation de Asimov, et à Hypérion de Dan Simmons pour n’en citer que deux). Le Vieil Homme et la Guerre appartient justement à un des plus démesurés sous-genres de la SF : le space opera. Une prouesse pour une histoire qui débute dans un cimetière, quelques pieds sous Terre.

John Perry, le héros, est un vieux crouton à la retraite. Il s’engage à 75 ans dans les Forces de Défense Coloniale qui conduisent une improbable expansion de l’humanité dans la Galaxie. Cette folle entreprise humaine au milieu des étoiles est menée par des recrues du troisième âge améliorées à grands renforts de biotechnologies.

La première partie nous convie parmi ces nouveaux navigateurs embarqués dans un vaisseau de "réjuvénation" (et dans des parties de jambes en l'air) vers la planète où se déroulera leur service militaire. La deuxième partie est une variation burlesque du camp d’entraînement militaire, une sorte de Full Metal Jacket dans les étoiles. La troisième partie nous entraîne au cœur de l'action, sur tous les fronts, nous débarrassant de toutes nos idées sur la façon de conduire une guerre. Car loin de la Terre, la nature des ennemis est autrement plus bizarre...

Cette histoire ne se cantonne pas seulement à une vision belliciste et transhumaine de la conquête de l'espace, elle avance sur un territoire beaucoup plus sympathique et humaniste. Les dialogues entre ces vieux croulants ragaillardis sont de grande qualité, et John Scalzi compose son space opera du troisième âge avec un sens de l'humour jubilatoire même lorsqu'il est question de mortalité, d'identité humaine, ou d'éthique de la prolongation de la vie.

vendredi 11 novembre 2011

La Tournette (2351m), aux abords du Lac d'Annecy

P1020705.JPG Parmi les grands classiques autour du Lac d'Annecy, la Tournette est une randonnée corsée, avec des passages délicats qui nécessitent de se servir judicieusement de ses mains. Des chaînes fixées aux parois rocheuses nous aident à passer certains lieux particulièrement escarpés.

Si votre voiture est courageuse, vous emprunterez le chemin empierré jusqu'au Chalet de l'Aulp (1424m) où commence l'ascension à pied. La montée est raide jusqu'à l'Auberge Bloney Dufour (1774m). Vous aurez continuellement une vue imprenable sur le Lac d'Annecy dans votre dos. Après un court moment relativement plat à l'auberge, la pente reprend, et ne faiblit plus. Il faut donc être endurant jusqu'au « Fauteuil », le point culminant de La Tournette (2351m). Comptez en tout ≈ 2 à 3 heures de montée, et un peu moins de descente selon votre allure.

Lors de ma dernière ascension de la Tournette avec des amis, le ciel suivait les caprices d'une météo déroutante. Faire la nique à la pluie et à la grêle, zigzaguer en serpentins, trébucher sur les pierres, s'envoler sur un courant d'air, s’accrocher aux chaînes glissantes, surfer sur la roche humide... C'était le jeu cocasse de notre rando. Ce jour-là, nous avons bien compris pourquoi celle-ci est déconseillée en temps de pluie. :)

LaTournette1.jpg  PICT0015.JPG
cliquer sur la carte pour l'agrandir / photo matinale de l'auberge Bloney Dufour à mi-parcours, 1774m.

La carte générée sur Google Earth peut vous donner une petite idée de la topographie de ces 1000 mètres de dénivelé positif, mais il ne faut pas oublier le célèbre adage : la carte n'est pas le territoire.

« Le randonneur peut évaluer les dénivelées qu’il faut vaincre en regardant les isoclines mais la carte ne saurait rendre compte de l’effort qu’il aura à fournir pour grimper et si par un symbole, elle indique au marcheur un point de vue remarquable, elle ne lui dit rien de la douceur de l’air qu’il respirera quand il le contemplera, de la lumière qui sera celle du moment ou de la rincée qu’il se prendra en constatant, dépité, que l’horizon malheureusement bouché ne lui laisse rien entrevoir du panorama attendu. »

zomver, une camarade virtuelle CSFeuse
(introduction de sa chronique très originale du roman La carte et le territoire de Houellebecq)

Parvenu au sommet, je n'étais pas entièrement frustré de me trouver dans la brume puisque j'avais eu l'occasion à deux reprises de faire cette superbe randonnée par de belles journées ensoleillées (au cours desquelles les photos de ce billet ont été prises). Par ailleurs, j'étais déjà concentré sur la suite ; préoccupé par la descente, les yeux rivés sur la pente, les lunettes emperlousées de pluie.

Fauteuilgravedanslaroche.JPG  FauteuildelaTournette.jpg
L'éperon final où trône "Le Fauteuil de la Tournette" qui culmine à 2351m.

Une fois campé sur le Fauteuil, le point de vue est magnifique. Nous surplombons le lac d'Annecy, et si nous faisons un demi-tour sur nous même, c'est la chaîne des Aravis et le massif du Mont Blanc qui pointe à l'horizon. Cette randonnée attire (relativement) du monde, il faut compter avec les bouquetins, les touristes aguerris, et les moutons.

Photo_4_080.jpgLe panorama au sommet du Fauteuil : La chaîne des Aravis et le Mont Blanc, d'une part...
Photo_4_093.jpg
...et le Lac d'Annecy, d'autre part.

Récapépétons en s'appuyant sur le graphe ci-dessous, la montée s'étend sur 6.2 kilomètres : départ des Prés Ronds (1216m, fin du chemin goudronné). Nous passons à coté de la ferme-chalet de l'Aulp (1424m) qui sonne le début des hostilités, puis de l'auberge Bloney Dufour (1774m) où démarre une variante - très difficile ! - de la voie normale. Arrivée, le Fauteuil (2351m). Penser à redescendre.

Garmin_ascensionTournette.jpg

Enregistrement du dénivelé et de l'allure par ma montre GPS.

jeudi 03 novembre 2011

Survol de la Terre à bord de l'ISS

Depuis le lancement de son premier module en 1998, la Station Spatiale Internationale fait le tour de la Terre 16 fois par jour à environ 370 km d'altitude à une vitesse de 28000 km/h. Elle parcourt quotidiennement une distance correspondant à un aller-retour entre la Terre et la Lune. (source : ASC)

Bright Star, de Jane Campion (2010)

Aujourd'hui, la poésie comme la nouvelle est boudée par le public au point que les éditeurs se risquent rarement à publier des recueils. Dans ce film réalisé par Jane Campion, le cinéma donne une résonance particulière à la poésie et, nous fait apprécier différemment un genre littéraire exigeant dont nous avons peut-être oublié les bienfaits.

Bright-Star.jpg

Je vous invite chaudement à vous détendre dans les champs attenant à cette maison de campagne dans laquelle Charles Armitage Brown, poète écossais, et John Keats, jeune poète anglais ont pris domicile. C'est aussi dans cette maison qu'habite Fanny Brawne, une jeune et talentueuse couturière au caractère bien trempé.

Jane Campion nous raconte comment John Keats s'entiche de la compagnie de Fanny, de sa petite sœur Toots, et de son jeune frère Samuel. Charles Brown, l'ami poète de Keats, est agacé par les distractions envahissantes de ces jeunes gens qui l'empêchent de jouir exclusivement de la présence, et de l'esprit de Keats. Pour justifier les moments où les poètes ne souhaitent pas être dérangés, Brown explique qu'ils sont en train de "poétiser" ("musing" en anglais). Avec un humour pince sans rire, Fanny ironise le trait grâce à un jeu de mot espiègle :

Mr Brown : - Musing, making one's mind available to inspiration.
/ Le poète attend que sa muse vienne le visiter.
Fanny : - As in amusing?
/ Le poète s'amuse?

Bright-Star2.jpg

A l'image des effronteries de Fanny, j'ai trouvé les dialogues savoureux, et les mots d'esprit délicieux. C'est parfois drôle, enfantin, naïf, ou simplement beau quand les dialogues se parent des vers obscurs de Keats. La mise en image est lumineuse, et les deux acteurs sont d'une admirable sensibilité. Nous nous laissons émerveiller par ce sincère et innocent amour comme seul de grands enfants peuvent le gouter. La fin m'incite à laisser le film agir sur moi comme un poème. Et, à songer avec une certaine amertume à un monde perdu.

- page 6 de 10 -