Mot-clé - Jean Gabin

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 30 juillet 2019

Le drapeau noir flotte sur la marmite, de Michel Audiard (1971)

drapeau_noir_flotte_sur_la_marmitte.jpg

"Voyager c'est bien utile, ça fait travailler l'imagination." Premier film avec Michel Audiard à la réalisation que je vois, et on ne peut pas dire que ce soit une franche réussite. Ce semi-échec paraissait pourtant exclu d'emblée, si l'on considère la présence de trognes comme celles de  […]

Lire la suite

mardi 18 juin 2019

Archimède le clochard, de Gilles Grangier (1959)

archimede_le_clochard.jpg

"Pas d'glace !" On n'est pas vraiment surpris d'apprendre que derrière le scénario d'Archimède le clochard, il y a entre autres un certain Jean Moncorgé, qui n'est rien d'autre que le vrai nom de Jean Gabin. Si l'on excepte les dialogues signés Michel Audiard, le film repose presque  […]

Lire la suite

lundi 03 septembre 2018

Rue des prairies, de Denys de La Patellière (1959)

rue_des_prairies.jpg

"Tiens, quand tu causes vélo, c'est comme si moi, j'causais élevage de poules." Le capital sympathie dont bénéficie Jean Gabin est immense, et il impressionne encore une fois (la dernière en date étant son rôle de routier dans Des gens sans importance) dans sa capacité à rendre crédible  […]

Lire la suite

lundi 20 août 2018

Des gens sans importance, de Henri Verneuil (1956)

gens_sans_importance.jpeg

Gabin superstar Plus je vois de films avec Jean Gabin et plus je me rends compte de son talent pour rendre crédible un métier. Il suffit de quelques plans, ici, pour croire sans retenue à son rôle de routier, c'est assez exceptionnel. On a presque l'impression d'avoir affaire à un témoignage de la  […]

Lire la suite

lundi 06 août 2018

Gueule d'amour, de Jean Grémillon (1937)

gueule_d_amour.jpg

Le fruit défendu Je n'avais jamais entendu parler de Jean Grémillon, et c'est sans doute un tort, à la lumière de Gueule d'amour. Il filme Jean Gabin, héros national de la décade en question, d'une manière très singulière, dans une tendresse et une sensibilité que je ne lui connaissais pas, et qui  […]

Lire la suite

jeudi 19 juillet 2018

Le Plaisir, de Max Ophüls (1952)

plaisir.jpg

La joie et l'ennui, de l'enivrement à l'épuisement Je suis en général réticent à l'idée de qualifier une œuvre que j'apprécie de virtuose car je l’interprète souvent de manière péjorative, comme un synonyme d'esbroufe, mais c'est le premier terme qui vient à l'esprit, au sens littéral, quand il  […]

Lire la suite

vendredi 14 octobre 2016

Voyage à travers le cinéma français, de Bertrand Tavernier (2016)

voyage_a_travers_le_cinema_francais.jpg

Le cinéma (français) retrouvé Bertrand Tavernier a vraiment beaucoup de talent pour parler du cinéma (français, en l'occurrence) qu'il affectionne. On pouvait déjà en avoir une petite idée, au détour d'une présentation de film dans laquelle il intervenait l'espace de quelques minutes, mais c'est  […]

Lire la suite

- page 1 de 2