vendredi 07 juin 2024

Xala, de Ousmane Sembène (1975)

xala.jpg, mai 2024

D'une oppression à l'autre Un autre regard sénégalais porté sur la décolonisation par Ousmane Sembène, écrivain avant d'être cinéaste. Dans un style très différent de Camp de Thiaroye qui, bien que réalisé 13 ans plus tard, comportait / comportera beaucoup plus de maladresses dans l'interprétation  […]

Lire la suite

lundi 22 avril 2024

Le Franc / La Petite Vendeuse de soleil, de Djibril Diop Mambéty (1994 et 1999)

franc.jpg, avr. 2024

Trilogie sénégalaise inachevée 1 - Le Franc Drôle de virage pris par Djibril Diop Mambety, seulement deux ans après Hyènes, pour se tourner vers une production de taille beaucoup plus modeste à l'occasion d'un diptyque (qui devait initialement être une trilogie consacrée à l'emprise de l'argent  […]

Lire la suite

mardi 09 avril 2024

Blonde Vénus (Blonde Venus), de Josef von Sternberg (1932)

blonde_venus.jpg, mars 2024

Triangle amoureux et pathologique Pur produit du cinéma Pre-Code et accessoirement cinquième collaboration entre Marlene Dietrich et Josef von Sternberg, Blonde Venus s'était à l'époque illustré par une impopularité notable que l'on peut raisonnablement relier au rôle de l'actrice d'origine  […]

Lire la suite

samedi 30 septembre 2023

Nous sommes tous en liberté provisoire (L'istruttoria è chiusa: dimentichi), de Damiano Damiani (1971)

nous_sommes_tous_en_liberte_provisoire.jpg, sept. 2023

Silence et conscience En matière de film de prison, Damiano Damiani ne révolutionne pas le genre avec Nous sommes tous en liberté provisoire, mais il arrive à mêler habilement les codes propres à ce segment avec les thématiques qu'il affectionne et que l'on retrouve régulièrement dans ses films.  […]

Lire la suite

vendredi 22 septembre 2023

Krysar, le joueur de flûte (Krysař), de Jiří Barta (1986)

krysar_le_joueur_de_flute.jpg, août 2023

Du bois gothique Jiri Barta a très probablement vu beaucoup de films d'animation de Jan Švankmajer avant de réaliser Krysař, une adaptation en stop-motion de la légende médiévale allemande du Joueur de flûte de Hamelin. Cela ne l'empêche absolument pas de parvenir à créer une bulle d'originalité  […]

Lire la suite

jeudi 17 août 2023

Le Droit du plus fort, de Rainer Werner Fassbinder (1975)

droit_du_plus_fort.jpg, août 2023

"Ce n'est pas le genre de gars que l'argent rend riche." Accepter et s'habituer au style de Fassbinder n'est pas une mince affaire, et il m'aura fallu beaucoup de temps et de films avant de commencer à apprivoiser le lascar. L'épreuve aura été rude, parfois un peu ingrate, mais elle aura  […]

Lire la suite

mercredi 19 avril 2023

Larry Flynt, de Miloš Forman (1996)

larry_flynt.jpg, mars 2023

"I think the real obscenity comes from raising our youth to believe that sex is bad and ugly and dirty, and yet it is heroic to go spill guts and blood in the most ghastly manner in the name of humanity." Le portrait (qu'il soit partiel, biaisé, voire maladroit) des États-Unis réalisé par  […]

Lire la suite

mercredi 25 janvier 2023

Katie Tippel, de Paul Verhoeven (1975)

katie_tippel.jpg, janv. 2023

Le propre et le sale La période hollandaise de Verhoeven est quand même un moment particulier de l'histoire de la cinéphilie, et Katie Tippel s'y insère parfaitement après Turkish Délices et dans une filiation très naturelle avec Spetters. Le style se reconnaît tout de suite, dans la crasse de  […]

Lire la suite

jeudi 19 janvier 2023

Sans filtre (Triangle of Sadness), de Ruben Östlund (2022)

sans_filtre.jpg, déc. 2022

"Never argue with an idiot, they'll only bring you down to their level and beat you with experience." Je trouve le cheminement de Ruben Östlund assez cohérent au cours des 15 dernières années, et fidèle à un style qu'il maîtrise bien. Le procédé est souvent le même, et peut agacer pour  […]

Lire la suite

mardi 20 décembre 2022

Le Sang du damné, de Hideo Gosha (1966)

sang_du_damne.jpg, nov. 2022

Noir nippon Un peu décevant ce Gosha, qui a la différence d'autres de ses grands films comme Le Sabre de la bête, Les Trois Samouraïs hors-la-loi ou encore Goyokin, l'or du shogun, ne prend pas pour cadre le chanbara mais lorgne très clairement et très fortement du côté du film noir, avec des  […]

Lire la suite

- page 1 de 2

Haut de page