Mot-clé - Mélodrame

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 31 mai 2024

La Charrette fantôme (Körkarlen), de Victor Sjöström (1921)

charrette_fantome.jpg, mai 2024

Beuverie suédoise et moissonnage des âmes Grand moment du mélodrame muet suédois réalisé par un des grandes sommités du cinéma de son époque, Victor Sjöström, et matériau original à la racine d'une longue série d'influences (parmi beaucoup d'autres) qui s'étendent jusqu'à Bergman, de nombreux  […]

Lire la suite

mercredi 15 mai 2024

Happiness of Us Alone (名もなく貧しく美しく, Na mo naku mazushiku utsukushiku), de Zenzō Matsuyama (1961)

happiness_of_us_alone.jpg, avr. 2024

Surdité et ténacité La dure condition du couple ou de la famille dans le Japon d'après-guerre qui se bat pour vivre dignement, ce n'est pas un sujet particulièrement nouveau au début des années 1960. En revanche, le traitement de ce thème à travers le prisme de deux amants sourds-muets l'est bien  […]

Lire la suite

lundi 01 avril 2024

Les Tambours de la nuit (夜の鼓, Yoru no tsuzumi, Night Drum), de Tadashi Imai (1958)

tambours_de_la_nuit_A.jpg, mars 2024

Solitude imposée de l'époque d'Edo Yoru no tsuzumi complète un tableau parfaitement subjectif chez Tadashi Imai formé par les quelques films que j'ai pu voir et explore une perspective extrêmement rare pour aborder la thématique du samouraï. À des années-lumière d'un chanmbara (classique ou  […]

Lire la suite

lundi 05 février 2024

Le Monde d'Apu (অপুর সংসার, Apur Sansar), de Satyajit Ray (1959)

monde_d_apu.jpg, janv. 2024

Par-delà les souffrances La fin de la trilogie d'Apu fait suite à La Complainte du sentier (1955) et L'Invaincu (1956), quelques années plus tard, et marque l'achèvement d'un portrait dense opéré en compagnie d'une multitude d'acteurs ayant prêté leurs traits aux différents âges du protagoniste.  […]

Lire la suite

mercredi 03 janvier 2024

Assoiffé (Pyaasa), de Guru Dutt (1957)

assoiffe.jpg, janv. 2024

La dure vie du poète sincère La thématique du poète pauvre fidèle à son art mais rejeté par la société me fait spontanément et nécessairement penser à des personnages qu'on retrouve dans le cinéma de Satyajit Ray (à l'instar de l'ancien maharajah dans Le Salon de musique), le rapprochement étant un  […]

Lire la suite

mardi 12 décembre 2023

Joyland (جوائے لینڈ), de Saim Sadiq (2022)

joyland.jpg, déc. 2023

Paradoxe culturel et avenir imposé Le premier film pakistanais que je vois, et probablement celui qui aborde une romance avec une femme trans avec la plus grande délicatesse et la plus grande sincérité. D'un point de vue occidental il est difficile de ne pas être surpris par le naturel avec lequel  […]

Lire la suite

lundi 04 décembre 2023

La Dame de tout le monde (La signora di tutti), de Max Ophüls (1934)

dame_de_tout_le_monde.jpg, nov. 2023

Les raisons de la solitude L'unique incursion de Max Ophüls dans la production italienne est en grande partie liée à sa volonté d'échapper à la menace nazie de son Allemagne natale (chose un peu étonnante donc, que d'aller se réfugier chez les fascistes, m'enfin bon). Dans le sillon du mélodrame  […]

Lire la suite

mardi 28 novembre 2023

Le Serment rompu (破戒, Hakai), de Kon Ichikawa (1962)

serment_rompu_A.jpg, nov. 2023

Dilemme des burakumin C'est probablement le film de Kon Ichikawa dans lequel les vannes du mélodrame sont le plus grandement ouvertes, loin devant l'histoire d'un acteur de kabuki dans La Vengeance d'un acteur ou celle de la tyrannie d'une famille à travers les décennies développée dans Le Fils de  […]

Lire la suite

jeudi 09 novembre 2023

L'Inconnu (The Unknown), de Tod Browning (1927)

inconnu.jpg, oct. 2023

"All my life men have tried to put their beastly hands on me... to paw over me. I have grown so that I shrink with fear when any man even touches me." Tod Browning, une passion. J'adore son style, j'adore les thématiques récurrentes de ses films, et j'adore comment tout cela s'articule  […]

Lire la suite

jeudi 17 août 2023

Le Droit du plus fort, de Rainer Werner Fassbinder (1975)

droit_du_plus_fort.jpg, août 2023

"Ce n'est pas le genre de gars que l'argent rend riche." Accepter et s'habituer au style de Fassbinder n'est pas une mince affaire, et il m'aura fallu beaucoup de temps et de films avant de commencer à apprivoiser le lascar. L'épreuve aura été rude, parfois un peu ingrate, mais elle aura  […]

Lire la suite

- page 1 de 4

Haut de page