Mot-clé - Kaneto Shindō

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 24 mai 2024

Tuer (斬る, Kiru), de Kenji Misumi (1962)

tuer.jpg, mai 2024

La concision du geste Ce n'est certainement pas le premier chanbara que je vois, et sans pour autant avoir une culture particulièrement aiguisée sur le sujet, Kiru aka "Tuer !" est de très loin le film le plus vif, le plus tranchant, et le plus concis que j'aie vu dans ce registre. Cette  […]

Lire la suite

vendredi 04 mars 2022

Un clou dans la botte, de Mikhaïl Kalatozov (1931)

clou_dans_la_botte.jpg, fév. 2022

Agitprop de ferrailleur Plus je parcours leurs filmographies respectives et plus je trouve que l'expression formaliste radicale de Mikhaïl Kalatozov et celle de Kaneto Shindō entrent en résonance, comme un parallèle entre la Russie soviétique et le Japon avec comme dénominateur commun temporel les  […]

Lire la suite

dimanche 20 février 2022

Woodlands Dark and Days Bewitched: A History of Folk Horror, de Kier-La Janisse (2021)

woodlands_dark_and_days_bewitched.jpg, févr. 2022

Miscellanée folk horrifique Même si le sujet en soi ne m'intéresse pas au plus haut point, et malgré toutes les déconvenues expérimentées dans ce registre horrifique, Woodlands Dark and Days Bewitched: A History of Folk Horror est un documentaire extrêmement bien fourni et bien construit sur le  […]

Lire la suite

jeudi 26 novembre 2020

Story of a Beloved Wife, de Kaneto Shindō (1951)

story_of_a_beloved_wife.jpg, nov. 2020

Shindō scénariste et mise en abyme autobiographique Le Kaneto Shindō des débuts, pour son tout premier film en tant que réalisateur, ne ressemble en rien à celui des années 60 (prolixe en propositions formelles incandescentes du type Onibaba) ni à celui des décennies suivantes. Mais résumer la  […]

Lire la suite

samedi 25 février 2017

Je ne regrette rien de ma jeunesse, de Akira Kurosawa (1946)

je_ne_regrette_rien_de_ma_jeunesse_A.jpg

Le goût du passé Kurosawa s'aventurant (rétrospectivement, vu d'aujourd'hui) sur les terres habituellement balisées par Ozu, avec quelques brefs détours du côté de Shindō (toujours aussi anti-chronologiquement), c'est quelque chose de particulièrement surprenant pour quelqu'un comme moi qui ne  […]

Lire la suite

lundi 05 décembre 2016

L'Île nue, de Kaneto Shindō (1960)

ile_nue.jpg

Le dur labeur d'un Sisyphe insulaire On pourrait croire qu’avec de tels partis pris esthétiques et narratifs, aussi puissants que radicaux, L’Île nue constituerait l’essence même de l’œuvre profondément clivante. En choisissant comme cadre un îlot au sud du Japon, isolé au sein d’une mer  […]

Lire la suite

lundi 10 octobre 2016

The Black Cat, de Kaneto Shindō (1968)

black_cat_1.jpg

Éradication du mâle à la source Plus on parcourt la filmographie de Kaneto Shindō, plus on s'aventure dans les recoins poétiques et atmosphériques de ses histoires, et plus le charme vénéneux de ses images fait sens, plus il gagne en puissance. En prenant pour cadre le Japon médiéval au temps des  […]

Lire la suite

dimanche 05 juin 2016

Onibaba, de Kaneto Shindō (1964)

onibaba1.jpg

La femme des roseaux Regarder Onibaba, c'est prendre le risque de s'exposer à un charme vénéneux, indélébile, persistant. Une beauté brûlante qui marque les rétines au fer rouge et qui laisse dans les cœurs l'empreinte des passions tumultueuses. Une ambiance sans pareille pour un film sans  […]

Lire la suite

Haut de page